« AU DELA DE CETTE VIE ».
Le livre de Suzanne, notre célèbre voyante et de Lilia
 
 

 

 


Vous n’avez pas encore lus le livre de Suzanne et Lilia, découvrez 2 passages qui vont, sans nul doute, vous interpeller. Extrait d’un ouvrage à découvrir (à dévorer) façonné avec la plus grande minutie et la plus extrême sincérité par Suzanne, notre célèbre voyante médium de RDL et son amie Lilia.

 

 
 
 
 
Tiré du chapitre consacré aux manifestations physiques des esprits………
 

Notre grand et regretté chanteur français GILBERT BECAUD fut témoin de phénomènes surprenants. Il répondit lors d’une interview qu’il croyait en Dieu, et que deux évènements survécus dans sa vie, l’avaient conforté dans sa conviction.

Il entendit un jour son piano jouer seul. Il s’approcha de l’instrument : les touches étaient immobiles. Comme la musique ne s’arrêtait pas, il regarda à l’intérieur du piano. Et là, il vit les marteaux mus par une force invisible frapper les cordes.

Le second évènement se produisit lors d’un tour de chants.

Une main se posa sur son épaule pendant qu’il chantait, mais il ne vit personne en se retournant. IL continua alors à chanter, le dos au public.
A la question de savoir qui était l’entité qui s’était présentée à deux reprises à lui, Gilbert Bécaud ne voulut pas répondre bien qu’apparemment il sut qui elle était.

Nous pouvons supposer qu’il s’agissait d’Edith Piaf, celle qui l’avait encouragé à ses débuts.

 

Tiré du passage consacré aux manifestations olfactives des esprits…..

Un médium détectera parfois la présence d’un esprit près de lui grâce à un parfum ou une odeur, comme celle du tabac par exemple. L’entité choisira de se faire reconnaître grâce à cette senteur qui la caractérise, comme par exemple ce menuisier décédé qui se distinguait par l’odeur de son atelier riche en essences d’arbres.

Astrid, ma nièce, décède à l’âge de 20 ans dans un accident de voiture.

Après le décès d’Astrid, je me suis rendue avec mon mari chez ma sœur. Nous couchions à l’hôtel. Dans la nuit, j’ai senti une très forte odeur de vanille, et presque aussitôt j’entendis une voix me dire : « je reviendrai ». Le lendemain, je demandais à mon autre nièce quel parfum mettait sa sœur et d’une même voix, sa maman et elles m’ont répondu « de la vanille ; elle en mettait partout ! ». J’avais donc la confirmation de la présence d’Astrid dans ma chambre cette nuit là.

 

 

VOUS SOUHAITEZ VOUS PROCURER UN DES DERNIERS EXEMPLAIRES DE « AU DELA DE CETTE VIE » DÉDICACÉ PAR SUZANNE, APPELEZ RDL AU 03.21.12.60.60.

 

 

 

.