Arcelor Dunkerque: La CGT opposée au chômage partiel

6 septembre 2022 à 8h46 par Claire Cortyl

Crédit image: Photo d'illustration
séparateur

Une décision du groupe sidérurgique, qui réduit la voilure pour adapter l'offre à la demande

La CGT d’Arcelor Dunkerque opposée à la mise en place de l'APLD, l’activité partielle longue durée, sur son site, pour une période de 12 mois, comme l’a demandé la direction.

 

Selon la CGT; "L’entreprise sait depuis plusieurs mois qu’elle va fonctionner au ralenti au dernier trimestre, car des travaux vont nécessiter l’arrêt du haut fourneau n°3 pour une remise en état partielle pendant 6 à 8 semaines ! Le HF2, le plus petit et plus vétuste des 3 hauts Fourneaux du site de Dunkerque, dont l’arrêt était prévu début 2023, s’arrête définitivement. La production ne peut que baisser pendant cette période, et la direction ArcelorMittal compte faire prendre en charge par l’Etat les salaires de ses employés qui n’auront plus d’outil de production sur la période, via l’activité partielle ! Elle pourra ainsi faire tourner à plein régime le gros haut fourneau 4, qui assure à lui seul près de 70% de la production du site, et maintenir ses marges pour les actionnaires !"

 

Pour le syndicat, ce sont les salariés qui vont trinquer : "Les salariés vont une fois encore payer la facture, car AMF n’a pas l’intention de mettre la main à la poche pour maintenir le salaire des salariés en APLD ! Ils ne toucheront que 70% du salaire brut ! Après avoir subit les pertes de salaires liées au COVID, les pertes de pouvoir d’achat liées à l’inflation et au cout de l’énergie, la société va finir de leur mettre ma tête sous l’eau avec l’Activité Partielle ! ArcelorMittal a pourtant les moyens d’occuper ses salariés ! De nombreuses interventions de maintenance sont en retard, faute de budget suffisant et de personnel pour effectuer les travaux ! Les retards de formations sont aussi
très importants et peuvent être rattraper sur la période"

 

Et ce alors que, toujours selon le communiqué de la CGT, "La société n’est pas en difficulté, Arcelormittal bat des records de bénéfices en 2021 avec 14,5 Mrds d’euros et améliore encore en 2022 avec 8 Mrds d’euros au 1er semestre. Des milliards ont été versés aux actionnaires en 2021 et 2022 ! L’entreprise n’a pas besoin d’activité partielle et des aides de l’Etat pour survivre ! La direction AMF justifie la demande par une conjoncture défavorable depuis juillet, une baisse du carnet de commande, les couts de l’énergie qui ne cessent d’augmenter, et les prix de vente de l’acier qui baissent sensiblement. Sur ce point, la direction avoue d’ailleurs refuser de vendre sous un certain prix, quitte à perdre des commandes et ouvrir la porte à la concurrence et aux importations ! Refuser les commandes et placer les salariés au chômage, pour percevoir les aides de l’Etat et maintenir les marges pour les actionnaires, c’est inacceptable pour la C.G.T. !"


"Pour les sites de Mardyck et Dunkerque, ces décisions auront un impact social important. Près de cent intérimaires vont perdre leur emploi, les salariés Arcelor impactés vont encore perdre du salaire ! Les entreprises de co-traitance qui travaillent sur les sites vont également voir les activités baisser sensiblement, avec les répercussions sur leurs salariés ! Arcelor communique depuis des semaines sur ses besoins d’embauches et les difficultés rencontrés pour trouver des candidats, mais va remercier des dizaines d’intérimaires, qui espéraient être embauchés !
Début 2023, il faudra de nouveau exploiter les hauts fourneaux 3 et 4, et la direction va demander aux salariés de faire des heures supplémentaires car elle n’aura suffisamment de personnel pour assurer lacharge de travail !"


La C.G.T. qui prépare la journée nationale d’action du 29 septembre, pour défendre les salaires et le pouvoir d’achat, va appeler à la grève et à manifester tous les salariés d’ArcelorMittal. 

 



Titres diffusés

Aucun titre