Sécheresse : risque-t-on une pénurie de pommes de terre dans les Hauts-de-France ?

5 août 2022 à 10h00 par Julie Desbois

Crédit image: Pixabay
séparateur

La situation inquiète les producteurs du Nord et du Pas-de-Calais. La sécheresse met à mal les champs de pommes de terre, très gourmandes en eau. La production devrait en pâtir, avec un risque de hausse des prix.

Avec ou sans patates ? La pomme de terre, sacrée dans le Nord-Pas-de-Calais, a sacrément soif. La récolte a commencé dans un contexte difficile : celui de la sécheresse.

Frappé par une sécheresse historique comme partout en France, le département du Nord est partiellement soumis à des restrictions inédites. Après le mois de juillet le moins pluvieux jamais enregistré, la préfecture du Nord a placé pour la première fois de son histoire une portion du territoire, le bassin de l'Yser, dans les Flandres, au niveau de "crise sécheresse".

Interdiction d'arroser son jardin, son potager, ou même d'irriguer les cultures : dans cette zone, qui compte 37 communes et 45.000 habitants, les restrictions sont drastiques. Seuls les "légumes frais" peuvent être arrosés, certaines nuits de la semaine. Fleuron régional, la pomme de terre ne bénéficie pas de ces dérogations.

Perte de rendement et hausse des prix

Conséquence : les pommes de terre sont petites. Les agriculteurs craignent de ne pas parvenir à les vendre. En dessous de 35mm, elles ne sont pas commercialisables, notamment pour faire des frites. Les producteurs tablent sur une perte de rendement allant de 30 à 50%. Si la pomme de terre se fait rare, ce sont les portefeuilles qui en sentiront les effets. Une hausse des prix est à craindre.

 





Titres diffusés

Aucun titre